Les 12 meilleures pratiques de sécurité AWS en 2023

  • facebook
  • linkedin
Les 12 meilleures pratiques de sécurité AWS en 2023

La technologie cloud constitue un environnement de plus en plus exploité et plusieurs fournisseurs existent, comme Amazon Web Services (AWS), Google Cloud, Microsoft Azure, etc. Ils offrent de nombreuses applications cloud (SaaS, IaaS, PaaS) pour leurs clients. Ces derniers supposent parfois que la sécurité complète de leurs systèmes et de leurs données incombe à leur fournisseur en tant qu’hébergeur de l’environnement cloud. Il en résulte que jusqu’à 75 % des défaillances de la sécurité des technologies cloud viennent d’une mauvaise gestion des identités, des accès et des privilèges, selon Gartner. Donc, la meilleure des pratiques de sécurité AWS est de considérer la cybersécurité comme une responsabilité partagée avec les fournisseurs de services cloud. Découvrez ensuite 12 autres bonnes pratiques.

Message important : le cloud public n’est pas adapté à tous les projets et toutes les infrastructures. Aussi, les outils comme AWS nécessitent des connaissances en système d’information. Si vous êtes débutants et que vous souhaitez les meilleurs services possibles pour votre entreprise, faites appel à des experts (ESN et sociétés de conseil IT).

Cybersécurité : une responsabilité partagée avec AWS

AWS assure la « sécurité du cloud » en protégeant les composants de l’infrastructure informatique, comme les data-centers, qui exécutent les services proposés. L’entreprise assure de son côté, la « sécurité dans le cloud » : données, plateformes, applications, identités, gestion des accès, etc. C’est pourquoi AWS met à disposition un modèle de responsabilité partagée.

31 Modèle de responsabilités partagées AWS_V2.59

Source : AWS

Pour être bien clair, même si AWS sécurise une bonne partie de l’environnement, vous vous exposez à de nombreux problèmes si vous ne prenez pas de mesures proactives pour la sécurité de vos informations. Dans son rapport annuel sur le coût d’une violation des données, IBM indique pour 2022 que 45 % de toutes les cyberviolations se sont basées sur le cloud computing.

👉 Les 11 malveillances les plus fréquentes en cybersécurité

👉 Les grandes tendances en sécurité informatique pour 2023 

Sécurité AWS : les 12 meilleures pratiques

Il est donc important pour les entreprises de comprendre le modèle de responsabilité partagée d’AWS. À partir de là, elles doivent adopter une approche proactive et développer des stratégies prudentes pour assurer la sécurité de leurs données informatiques. Voici 12 pratiques vitales pour la cybersécurité avec AWS.

Adopter une bonne hygiène des mots de passe

Cette bonne pratique peut sembler basique, mais son rôle est crucial dans la lutte contre la cybercriminalité. C’est pourquoi elle est placée en tête des pratiques en matière de sécurité AWS.

Éliminez les authentifications faibles dues à des mots de passe simples. Imposez plutôt l’emploi de mots de passe forts de « minimum 8 à 12 caractères mélangeant les majuscules, les minuscules, des chiffres et des caractères spéciaux » (Cybermalveillance.gouv.fr).

Consultez le site gouvernemental pour d’autres bonnes pratiques autour des mots de passe, ainsi que notre article Comment sensibiliser les équipes à la sécurité informatique ? 

Sécuriser la sauvegarde des mots de passe et des clés d’accès

Les mots de passe et les clés d’accès doivent être stockés dans des bases de données pour permettre leur reconnaissance au moment de l’authentification. Il vous incombe de soigner leur sauvegarde et d’en assurer le cryptage, comme vous devez le faire pour les données personnelles et confidentielles. Par conséquent, évitez de les sauvegarder sur un référentiel Git public par exemple.

Aussi, nous vous conseillons de réaliser une rotation automatique et régulière de toutes les paires de clés d’accès (SSH). Évidemment, pensez également à modifier le mot de passe root (super utilisateur) de votre compte AWS.

Activer l’authentification à facteur multiple (MFA)

L’authentification multifacteur (MFA pour Multi-Factor Authentication), aussi appelée authentification à facteur multiple ou authentification forte, est une précaution informatique où l’utilisateur doit présenter avec succès deux éléments de preuve (ou plus) pour son identification. Il peut s’agir, par exemple, d’un mot de passe et d’un jeton de sécurité.

AWS propose ce niveau de protection. Il vous revient, en revanche, d’activer cette option et de l’utiliser à bon escient. MFA est applicable aux utilisateurs IAM comme à l’utilisateur root du compte AWS.

Gestion des identités et catégorisation

Pour la gestion des identités et des accès, Amazon Web Services met à votre disposition un système IAM (Identity and Access Management). IAM gère alors les identités des utilisateurs et leurs habilitations. Notez qu’un utilisateur IAM peut être un humain ou une charge de travail (identité machine).

Pour aller plus loin, il est possible d’utiliser une catégorisation groupée en triant les utilisateurs IAM en fonction de leurs identités et leurs autorisations. Les administrateurs gèrent ainsi plus efficacement les autorisations, les rôles et les privilèges similaires sans devoir trier les comptes individuellement. Notez en revanche qu’il est bon de garder une visibilité complète sur les autorisations, rôles et privilèges. Pour cela, il faut faire appel à un fournisseur de sécurité cloud tiers.

Automatiser la surveillance des autorisations de connexion

Il est possible de centraliser la gestion des identités et des accès (IAM) grâce à une solution CIEM (pour Cloud Infrastructure Entitlement Management) de gestion des droits d’infrastructure cloud. Ces solutions SaaS (software-as-a-service) fournissent à votre entreprise un point de contrôle unique pour toutes les identités. Vous pouvez dès lors découvrir et inventorier toutes les identités des machines et des humains ainsi que leurs droits d’accès.

Le monitoring par CIEM révèle ainsi les autorisations toxiques involontaires et incontrôlées, qui créent des chemins vers vos données, pour que vous puissiez empêcher les violations. C’est un contrôle permanent de votre environnement.

Limiter les accès root et administrateur

Assurer la sécurité des mots de passe et l’authentification forte c’est bien, mais limiter les accès root et administrateur c’est encore mieux. L’identification root accorde un accès illimité à votre compte et toutes ses ressources. Et les privilèges d’un administrateur sont encore trop vastes pour assurer la protection des données.

  1. Pensez à créer des comptes utilisateurs IAM plutôt que de partager les informations d’identification de l’utilisateur racine (root) ou de l’administrateur du compte AWS.
  2. Invitez vos administrateurs à limiter l’utilisation d’un droit d’accès root ou administrateur pour une utilisation quotidienne et basique. Utilisez ces droits exclusifs uniquement en cas de nécessité.
  3. Créez plutôt des comptes utilisateurs avec moins de privilèges pour le quotidien.

Appliquer le moindre privilège

Le principe du moindre privilège consiste à octroyer aux utilisateurs les autorisations minimales nécessaires à leurs fonctions. On peut facilement penser à « qui peut le plus peut le moins », mais du point de vue de la sécurité du système d’information, ce proverbe est néfaste. C’est la raison pour laquelle la bonne pratique est de donner aux utilisateurs (personnes comme éléments de calcul) la juste dose de privilèges requise pour remplir leurs rôles.

Mettez cependant en avant votre agilité en modulant les privilèges en fonction des besoins du moment ou en utilisant des informations d’identification temporaires. 

Réaliser des audits réguliers sur les utilisateurs IAM

Pour que vous soyez certain d’octroyer des droits légitimes à vos utilisateurs tout en appliquant la méthode du moindre privilège à chaque instant, il est nécessaire de réaliser des audits. Le plus régulièrement possible, avec AWS IAM Access Analyzer.

Ces audits vous permettront, en outre, de :

  • vérifier les autorisations existantes ;
  • déterminer des groupes d’utilisateurs IAM en fonction des tâches qu’ils accomplissent ;
  • trouver les informations d’identification non utilisées, et à supprimer.

👉 Les clés pour réussir son audit de sécurité informatique 

Utiliser les outils de surveillance et détection AWS

Exploitez les outils AWS Amazon Web Services comme solutions solides de détection, de surveillance et d’alerte :

  • Amazon GuardDuty veille sur les charges de travail pour détecter les activités inhabituelles pouvant conduire à un acte malveillant.
  • Amazon Macie se base sur l’IA pour protéger les données sensibles et envoyer des alertes en cas d’accès non autorisé.
  • AWS Config permet d’évaluer, d’effectuer des audits et de mesurer les configurations de vos ressources informatiques en fonction de votre politique de conformité.
  • Amazon CloudWatch est un service cloud de surveillance des ressources AWS et de toutes les applications web exécutées sur AWS.
  • AWS Security Hub vous offre une vue complète de votre environnement cloud et une hiérarchisation de toutes vos alertes de sécurité des services web d’AWS.

Protéger les données avec le cryptage

L’une des bases pour protéger vos données est le cryptage. Le gros avantage est de rendre les données illisibles même en cas d’échec des contrôles d’accès. Il existe bon nombre de solutions de cryptage, dont AWS KMS (pour Key Management Service) qui permet de chiffrer vos données et de centraliser la gestion des clés de cryptage.

Que vous optiez pour une solution AWS ou autre, considérez le cryptage comme étant l’un des meilleurs moyens d’assurer la protection de vos données.

Sauvegarder les données

Autre bonne pratique à mettre en place pour sécuriser vos données avec AWS : sauvegarder vos données. C’est la solution ultime face à la suppression des données et le vol des données. Encore une fois Amazon Web Services propose des logiciels cloud, par exemple AWS Backup ou Amazon S3, permettant la sécurité et la restauration de vos données. Ces services de cloud computing permettent l’automatisation des sauvegardes et la création de politiques de sauvegarde.

👉 9 questions à se poser pour optimiser sa cybersécurité 

D’autres bonnes pratiques peuvent s’y ajouter, comme : garder à jour AWS, adapter la sécurité à l’ensemble de votre workflow ou répondre aux exigences de conformité soumises à votre entreprise. Le plus important est d’être convaincu que la cybersécurité est exigeante et qu’il faille vraiment mettre la main à la pâte pour sécuriser les données.

Vous êtes un peu perdu dans toutes ces pratiques à mettre en œuvre pour assurer la sécurité de votre infrastructure et de vos données ? Faites appel à des experts du cloud computing pour vous accompagner. Ils ont pour vocation de vous offrir le meilleur d’Internet et de ses outils.

Ozitem encourage et accompagne activement tous ses ingénieurs à passer la certification AWS Certified Solutions Architect. Vous pourrez développer votre capacité à comprendre le problème de nos clients, en prenant en compte leurs besoins de disponibilité, sécurité, dimensionnement, connectivité ou encore tolérance aux pannes. Ils savent ainsi trouver les solutions qui permettent de répondre aux besoins des clients sur la plateforme cloud d’AWS.

Pour en savoir plus, découvrez l’article “Ce qu’il faut savoir sur la certification AWS Solutions Architect”. 

Je découvre les jobs à pourvoir chez Ozitem